Foire aux questions

Cette rubrique a pour but de répondre aux questions pratiques que se posent les familles et les professionnels dans la vie quotidienne.

Vous pouvez nous adresser vos questions par email.

Nous nous efforcerons de vous apporter une réponse à partir d’articles parus dans la presse spécialisée ou en faisant appel à l’expertise de nos partenaires selon les sujets.

Nous vous communiquerons également les coordonnées des services aptes à vous apporter la réponse la mieux adaptée à votre situation.

Question :

Ai-je bien fait de lire le journal de ma fille ? Je hais aujourd’hui encore ma mère parce qu’elle a lu autrefois mon journal, et pourtant je viens de lire celui de ma fille de 15 ans. Elle y raconte qu’elle boit avec ses copains, s’automutile, etc. Je ne le soupçonnais pas car elle est épanouie et sans problème. Je suis perdue.

Réponse :

Votre lettre pose deux problèmes. Le premier est celui des dangers que pourrait courir votre fille. Vous dites redouter les conduites à risques des adolescents et vous avez raison. Mais il faut savoir aussi qu’ils fantasment souvent ce genre de conduites – et même les écrivent dans leur journal – sans pour autant les avoir. Votre fille écrit par exemple qu’elle n’a jamais été ivre mais… a le projet de l’être. On peut donc supposer que de tels franchissements de limites la fascinent (c’est, à son âge, normal) mais que, pour l’instant en tout cas, elle se contente d’en rêver. Rien, d’ailleurs, dans son comportement ne vous a alertée alors que son père et vous êtes très attentifs. Il suffit donc de rester à l’écoute. Le second problème me semble plus compliqué. C’est celui de la limite que vous avez, vous, franchie en lisant son journal. Et que vous justifiez – justifiant ainsi du même coup votre mère – par l’inquiétude. Ce n’est peut-être pas une explication suffisante. L’adolescence de leurs enfants est en effet pour tous les parents un moment très difficile. Car ils doivent continuer à les protéger tout en les laissant devenir, progressivement, propriétaires de leur vie. Cela implique, entre autres choses, que les parents supportent les erreurs et les errances de leurs enfants (tant qu’elles ne mettent pas leur vie en danger). Ce n’est qu’en se trompant de route que l’on apprend à trouver son chemin… Je crois que vous devriez y réfléchir. En vous rappelant que le dialogue avec ses parents et la confiance mutuelle sont toujours, pour un adolescent, la plus sûre des protections.

Source : psychologie magazine, la réponse de Claude Halmos Psychanalyste.

 
col3